Partagez | 
 

 Old & Youth...Allied

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
兜割 忍刀七Kabutowari no Shinobigatana
avatar

Hane Kagura

兜割 忍刀七
Kabutowari no Shinobigatana

Messages : 16
Date d'inscription : 29/01/2012

Feuille de personnage
Grade: Jounin
Expérience:
40/80  (40/80)

MessageSujet: Old & Youth...Allied   Sam 19 Mai - 19:24
    Sans le contact de l’acier contre son flanc, elle n’était plus elle-même, elle n’était plus rien. Sans Kabutowari, elle était nue. Elle se sentait petite, infime...un être de chair et de sang, sans plus grande substance. Sa vie entière avait tournée autour de cette arme et désormais, sans cette jumelle qui la seyait, elle se perdait sous l’imposition de ces regards calculateurs. Au centre de l’obscurité, les membres du conseil étaient disposées en cercle autour d’elle, toujours de marbre devant la jeune fille. Ainsi observée, elle tentait de se redresser, d’être droite, afin qu’ils ne trouvent rien qui cloche sur elle. Elle n’avait rien à craindre ! Elle était désormais Épéiste de Kiri, le Conseil n’avait plus le pouvoir décisionnel qu’il avait eu quelques années plus tôt. Non, le regard de la jeune femme se portait plus loin que les hautes instances de Kiri. À l’arrière de la salle, disposés en rang militaire, les Épéistes en fonction portaient leurs regards sur elle pour la première fois…du moins en tant que coéquipière au sein du Corps des Spadassins Légendaires.

    Elle les sentait. Ces regards analytiques qui la détaillaient, la dépeçaient, cherchant toutes les faiblesses qui pourraient leur porter préjudice. Attardant son regard sur chacun de leur visage, Kagura réfrénait un sourire de gêne, qui transparaissait pourtant dans une esquisse qui remontait du coin de ses lèvres dans une petite fossette sur la joue. Ses futurs coéquipiers…ses partenaires, ceux qui la complèteraient comme Kabutowari avait comblé le vide dans sa vie. Fermant ses yeux un court instant, elle s’abreuva de cette vision du futur où elle chérissait tant. Elle, Kabutowari dans les mains, au milieu de ce groupe disparate, protégeant Kiri avec la fougue et le pouvoir que des générations de prédécesseurs avaient léguées à cette insitution du Pays de l’Eau. Oui…s’accrochant à cette vision, c’est avec naturel qu’elle se redressa, la confiance et l’assurance emplissant son regard d’un nouveau feu.

    « Hane Kagura. La veille tu as été élu Détentrice de Kabutowari, mais aujourd’hui tu dois faire tes preuves au sein du Corps des Épéistes Légendaires de Kiri. »

    Fière, Kagura ne pouvait plus restreindre la jubilation qui menaçait de briser son calme apparent. Les mots du Président du Conseil l’emballaient, faisant miroiter un avenir plein de promesses et de réussites. Plus précieux encore, elle aurait enfin un chez-soi…une famille qui l’accueillerait et où elle aurait sa place et son utilité.

    « Les Épéistes sont chacun des Shinobi d’élite, entraînés leur vie durant à maîtriser la puissance des Épées Légendaires. Ce qui prime reste pourtant la symbiose opérant au sein de l’Équipe. Ton entraînement t’a permis d’entrevoir les possibilités découlant de l’alliance des Épées…mais tu devras avant te familiariser au travail d’équipe. Geimei Maru est le plus vieux membre des Épéistes actuels. Il sera ton partenaire pour tes débuts au sein des Épéistes. Il t’apportera l’expérience et toi la fougue de la jeunesse. La Réunion du Conseil est ajournée. »

    Sans plus de cérémonie, les membres du Conseil se levèrent d’un même geste et s’éparpillèrent vers les sorties, laissant la jeune Épéiste au centre de la salle contemplant celui qui serait son partenaire. Un personnage singulier recouvert de bandelettes, contraste éclatant avec elle et sa peau de lait, d’une blancheur nacrée qui dénotait sa jeunesse encore flamboyante. Les Épéistes lui accordant un regard éparse, ils quittèrent à leur tour la salle…n’y laissant que le détenteur de Shibuki qui faisait face à la représente de Kabutowari.

    Fidèle à l’Épée qui lui avait été décernée, Kagura ne fit pas dans la subtilité. D’un pas vif, elle s’avança vers celui qui serait son tuteur, brisant l’écart cérémoniel dressé entre eux. Un sourire éclatant apparaissant sur ces lèvres, elle avait fait éclaté les us et usages habituels entre élève et Senseï.

    « Bonjour Geimei-Senseï. Mon nom est Hane Kagura, fille de Hane Tenshi. J’espère sincèrement faire honneur au Corps des Épéistes Légendaires et être un support convenable à votre style de combat. »

    Se présentant avec nonchalance, elle ne fit qu’une petite révérence…bien trop empressée pour être d’une politesse convenue. Offrant un sourire vivace à cet homme au corps caché, elle détailla un instant l’aspect singulier du personnage, les réflexes de son entraînement médical lui revenant immédiatement.

    « J’ai également suivi une formation d’Eisei-Nin aux côtés de la Légendaire Soi-Fong qui a survécu depuis la Quatrième Grande Guerre Shinobi. Mon Ninjutsu médical pourrait vous permettre de pallier aux conséquences cet accident légendaire qui vous a valu la place de détenteur de Shibuki »

    Le même sourire aux lèvres, elle s’était prononcée avec franchise et promptitude. N’importe qui aurait hésité avant de parler de cet incident qui avait défiguré l’homme à jamais, mais pas Kagura. Aussi fracassante que l’épée qui l’avait toujours sied, elle ne faisait pas dans la subtilité et n’avait même pas pensé à la possibilité d’offenser son nouveau maître.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
飛沫 忍刀七Shibuki no Shinobigatana
avatar

Geimei Maru

飛沫 忍刀七
Shibuki no Shinobigatana

Messages : 28
Date d'inscription : 28/10/2011

Feuille de personnage
Grade: Elite
Expérience:
0/90  (0/90)

MessageSujet: Re: Old & Youth...Allied   Dim 20 Mai - 12:33


Un bouge sordide qui fait office de maison de plaisir, et de fumerie. Un bordel glauque où une raie du soleil déjà haut vient, par une faille du plafond, éclabousser l'un des hommes vautré là, dans cet univers souterrain de luxure. Ébloui, réveillé brutalement de sa léthargie à l'éthanol, il se redresse avec peine. Cet homme est un héros. Et il a à faire aujourd'hui. Avec une haleine à réveiller les morts, il salue la maquerelle et quitte les bas quartiers de Kiri no Kuni.

Maru n'est pas encore en retard. Ou presque pas. Il a encore le temps de passer récupérer Shibuki, son "épée" légendaire, dans sa modeste habitation mansardée. Il devait bien être le seul des bretteurs à laisser son arme sans surveillance, le soir, pour partir se saouler dans les bas-fonds. Ça y est presque, il glisse la clé dans la serrure... la clé ? Non. Plus de clé. Disparue, oubliée, perdue dans l'un des bars dont il a fait la tournée la veille. Pas d'autre solution dans l'immédiat : Maru "déverrouille" sa porte d'un preste coup de pied. L'appartement est encore plus crade que le bordel de tout à l'heure... L'épéiste aperçoit Shibuki posée contre le mur, près du placard. Il fait couler l'eau dans le lavabo de la cuisine, y plonge la tête toute entière - cela tiendra, aujourd’hui, d'hygiène suffisante. Il faut filer de nouveau, le temps ne s'arrête jamais pour les héros...


Vingt minutes plus tard. Ils sont tous là, les maîtres du village, les autres idiots d'épéistes, à scruter une fillette placée au milieu. Sans même saluer ses homologues d'un signe de la tête, Maru, ayant revêtu pour l'occasion un genre de kimono d'apparat, s’asseoit dans un coin, sort sa blague de tabac et commence à fumer. Maru fumait rarement : seulement quand il avait trop bu pour qu'un verre de plus ne puisse passer. Soufflant de longues volutes bleutées, il assista à la suite de la cérémonie en faisant montre d'une désinvolture assez habituelle (elle ne sembla même pas choquer les dirigeants, habitués à ce genre de frasques avec le protocole).



" Les Épéistes sont chacun des Shinobi d’élite, entraînés leur vie durant à maîtriser la puissance des Épées Légendaires. Ce qui prime reste pourtant la symbiose opérant au sein de l’Équipe. Ton entraînement t’a permis d’entrevoir les possibilités découlant de l’alliance des Épées…mais tu devras avant te familiariser au travail d’équipe. Geimei Maru est le plus vieux membre des Épéistes actuels. Il sera ton partenaire pour tes débuts au sein des Épéistes. Il t’apportera l’expérience et toi la fougue de la jeunesse. [...] "

*Un peu plus, et ce vénérable vieux chnoque me traiterait comme un grabataire...* Cette pensée fit rire Maru - intérieurement. Distrait, il se remémorait la conversation qu'il avait eu au Conseil la veille au soir. On lui expliqua alors qu'avec le renouvellement, proche, de cette section des kenjutsukas d'élite de Kiri Gakure, dont il serait le doyen de la nouvelle génération, un esprit d'équipe devait s'installer comme dans l'ancien temps. Par binômes liés par l'estime, les Sept Bretteurs seraient encore plus redoutables. Maru avait prétendu se foutre éperdument de concepts aussi abstraits que la camaraderie, puis s'était éclipsé. Mais au fond, les épéistes de la légende avaient bien besoin d'une génération différente qui redorerait leur blason.

Le tirant de ses pensées, la petite nouvelle vint s'adresser à lui, tandis que tout l'auditoire quittait paisiblement la grande salle.


" Bonjour Geimei-Senseï. Mon nom est Hane Kagura, fille de Hane Tenshi. J’espère sincèrement faire honneur au Corps des Épéistes Légendaires et être un support convenable à votre style de combat. J’ai également suivi une formation d’Eisei-Nin aux côtés de la Légendaire Soi-Fong qui a survécu depuis la Quatrième Grande Guerre Shinobi. Mon Ninjutsu médical pourrait vous permettre de pallier aux conséquences de cet accident légendaire qui vous a valu la place de détenteur de Shibuki. "

Un crochet du droit, métaphoriquement parlant. Cela ne lui arrivait pratiquement jamais, mais Maru resta interloqué, se demandant s'il avait bien entendu ce qu'il avait cru entendre. Personne, non personne, ni membre du Conseil, ni "camarade' bretteur, ni aucun autre shinobi du village n'aurait osé évoquer devant lui "l'incident", cet évènement qui avait fait de lui un monstre humain, un paria infirme. Piqué au vif, il hésita entre gifler la jeune impudente et éclater de rire pour saluer son audace. Au lieu de ça, son caractère reprit le dessus.

"Ecoute petite, c'est bien beau d'avoir du cran, mais ma patience est fragile quand on me confie des gamines pré-pubères et impertinentes. Ne cherche pas à me voir en colère, pour ta propre santé."Marquant une pause,Personne ne peut m'absoudre de ma Malédiction, petite, quand bien même il s'agirait du plus grand des Eisei-nin. Par contre, tu devras effectivement y pallier, quand tu devras combattre seule parce que mon sang sera en train de bouillir.".

Légèrement tendu par une situation inconfortable (et comme pour se donner une contenance), le bretteur dégaina d'un geste vif son arme de légende, esquissant un coup vers sa jeune homologue, mais frappa le mur adjacent. Sous cette légère explosion contrôlée, la pierre se morcela pour finalement s'effondrer et laisser place à un trou permettant le passage d'un homme adulte.

"Allons faire connaissance autour d'un verre."

Sans attendre de réponse, Maru rengaina Shibuki et quitta la pièce par l'ouverture tout juste créée. La camaraderie, quelle galère ! Mais si c'était le prix à payer pour reforger la légende du groupe et de Kiri, Maru était prêt, sans l'ombre d'un doute, à mener la nouvelle génération de bretteurs vers la gloire qu'elle méritait.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
兜割 忍刀七Kabutowari no Shinobigatana
avatar

Hane Kagura

兜割 忍刀七
Kabutowari no Shinobigatana

Messages : 16
Date d'inscription : 29/01/2012

Feuille de personnage
Grade: Jounin
Expérience:
40/80  (40/80)

MessageSujet: Re: Old & Youth...Allied   Dim 20 Mai - 17:22
    D’un seul mouvement, les derniers invités qui s’engouffraient vers la sortie adjacente se détournèrent vers le duo atypique. L’incident évoqué, la tension dans la salle était devenue palpable, irrespirable. Épéistes aguerris, jamais ils n’auraient osés…et ne purent que désapprouver ce geste emplit d’une telle stupidité. Petite fille qui jouait avec le feu…les bretteurs de Kiri pouvaient se passer d’une telle énergumène parmi eux. Si elle arrivait à attiser la colère de l’impétueux détenteur de Shibuki, jamais elle ne survivrait devant les hordes ennemis, quand le cœur descend pour rejoindre les trippes et que le sang déjà éveille vos papilles au goût de la mort. Non…ceux qui ne mesuraient pas l’étendue du danger auxquels il faisaient face ne pouvaient y répondre convenablement. Hane Kagura était déjà morte. Ensevelie par sa propre stupidité.

    Et elle, elle ne remarquait rien. Innocence incarnée, elle demeurait une gamine au sourire éclatant, qui se tenait ainsi, décontractée et proche de l’insolence, devant le légendaire Geimei Maru. Idiote qu’elle était ! Les aspirants au titre de Genin savaient depuis leur première année que s’ils croisaient Geimei Maru, ils devaient s’abstenir de tout commentaires. Chacun savait que devant l’Artificier de Kiri, la peur était la meilleure protection pour prévenir les sauts d’humeur de ce dernier. Eux-mêmes, Épéistes et Légendes, laissaient transparaître un peu de leur peur envers ce personnage atypique, préférant prévenir que de se soumettre au jugement de l’Épée qui avait défiguré son maître lui-même…et pourtant. Sèche la réplique avait été donnée afin de remettre la donzelle à sa place, sans pour autant être la punition que tous attendaient. Cependant, si n’importe qui se serait redressé sous le commentaire insultat et aurait prit ses distances, Kagura n’en fit rien. Le même sourire accroché aux lèvres, elle demeurait proche de son nouveau maître, bien trop proche pour sa propre sécurité. Haussant un sourcil, les derniers Épéistes quittèrent la salle…laissant le loup et l’agneau s’apprivoiser.

    La plus implacable logique aurait encouragée la nouvelle épéiste à se taire. La piquer ainsi dans son amour propre, lui remémorant l’énorme faussé qui les séparait de par leur âge respectif et leur hiérarchie dans la société, était un avertissement évident. Elle avait outrepassé ses droits, et son aîné lui avait aimablement rappelé qu’elle devait contenir de tels élans…mais malheureusement, Kagura ne pouvait ainsi reculer devant sa nature. La nature même de la jeune femme l’empêchait de voir les obstacles qui se dressaient sur son chemin, mûr qui la protégeait des dangers imminents de la réalité. Non, pour elle, rien ne se dressait devant sa détermination. Les commentaires de Geimei Maru ne l’avait pas touché, elle l’acceptait, son sourire s’élargissait encore d’avantage…comme si elle y voyait non pas un jeu politique, mas bien des échanges cordiaux, libre de toute mesquinerie.

    « Ohh…je n’ai pas la prétention d’être une grande Eisei-Nin ! Je serais bien incapable de me charger d’opérations de telles envergures. Mon Ninjutsu médical est approprié justement au combat. Il ne peut que renforcer le corps pendant quelques instants et pallier à ses limites. Soi-Fong-Senseï a toujours déplorée de m’avoir comme apprentie. Elle disait toujours que je n’avais aucune subtilité…remarquez, elle sortait ce commentaire même lorsque nous étions hors de l’entraînement. Je n’ai jamais compris pourquoi. »

    Les yeux émeraudes de Kagura se plissant en se remémorant ce souvenir, elle semblait vraisemblablement tenter de comprendre ce mystère, pourtant évident pour tous ceux qui la côtoyaient. Haussant les épaules sous la défaite, elle reporta son attention sur son partenaire et l’odeur fétide qu’il dégageait. Des relans d’alcool qui donnaient franchement le tournis à Kagura.

    « Euh…désolé Geimei-Sama, mais je suis encore mineure et je ne bois donc pas. De plus, vous empestez déjà l’alcool, ça vous ferait du bien de manger quelque chose. Ohhh !!! J’ai une idée ! Allons voir Ayame-Baya à la zone du port pour manger ses fameux beignets de crevette !!! Oui !!!! »

    L’excitation l’emportant sur la raison, d’une faible impulsion de ses pieds, Kagura bondit dans les airs avec une grâce dénotant légèrement avec le style plutôt brute qu’elle dégageait à l’accoutumée. Sans même attendre la réponse de son interlocuteur, elle semblait déjà avoir porté son choix sur la zone portuaire et les régals qu’elle arborait. Au même moment, le mûr explosa sous l’impact de Shibuki…au grand étonnement de Kagura.

    « Vous êtes certain qu’on a le droit de faire ça Geimei-Sama ? Ahh…et attendez, je dois reprendre Kabutowari, les membres du Conseil ne veulent pas que je la porte lorsqu’ils me convoquent ici. Pas vous ? »

    Sur ces derniers mots, elle effectua un saut altier toute en grâce et douceur, véritable plume qui se laissait porter par le vent. Véritable prouesse physique c’est à plus de cinq mètres qu’elle atterri sur la large table où les membres du Conseil reposaient habituellement. Ne posant qu’un seul pied pour la réception, le style de combat des Paons offrait une véritable beauté létale et dangereuse. Un style axée sur la grâce et l’agilité, mais également sur le contrôle et l’équilibre…drôle de combinaison avec l’arme qui reposait sur le socle à la droite de Kagura. Imposante et brutale, Kabutowari semblait être une arme plutôt insolite pour cette frêle jeune fille…qui la souleva avec aisance, comme si l’arme imposante n’avait été qu’un katana de taille raisonnable. Plus impressionnant encore, de la même impulsion du pied elle se lança dans les airs dans une vrille qui la porta juste à l’emplacement où elle était quelques instants plutôt, son pied se posant plus légèrement encore, malgré l’arme qui la seyait. Instruite à l’art des Paons depuis sa plus tendre enfance, il était pour elle sa véritable nature, une façon de se déplacer non pas plus demandante, mais pratique et voir même plus naturelle.

    « Allons faire connaissance autour de beignets de crevettes ! »

    Et à son tour, elle s’engouffra dans le trou que son partenaire avait fait…à quelques mètres seulement de la porte.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
飛沫 忍刀七Shibuki no Shinobigatana
avatar

Geimei Maru

飛沫 忍刀七
Shibuki no Shinobigatana

Messages : 28
Date d'inscription : 28/10/2011

Feuille de personnage
Grade: Elite
Expérience:
0/90  (0/90)

MessageSujet: Re: Old & Youth...Allied   Mar 22 Mai - 14:46

*Des beignets aux crevettes ?... A cette heure-là du matin ?*Cette idée saugrenue, qui commençait à faire penser à Maru que la jeune fille était aussi délurée qu'insolente, le laissait plus perplexe que celle d'aller s'envoyer des verres de saké. De toute façon, il détestait tout ce qui, en cuisine, se rapportait à la friture. Mais déjà fatigué par l'énergie fraîche de sa coéquipière, il n'en fit pas la remarque. Et puis, on pouvait se faire servir des verres de saké même dans une échoppe à crevettes, après tout.

Sortis par le trou dû à Shibuki, et tandis qu'ils cheminaient, sur les toits, vers leur destination, le bretteur ne put s'empêcher d'observer brièvement sa nouvelle coéquipière. Habitué à fréquenter les maisons de plaisir, son physique ne lui ayant jamais permis d'approcher conventionnellement une femme, Maru ne s'y entendait guère les concernant. Il n'avait en la matière ni de véritables goûts ni de critères précis. Les choses de l'amour lui avaient toujours échappé, lui qui avait été dressé, élevé, forgé pour devenir un guerrier de haut rang. Mais malgré cela, il était en mesure d'apprécier la grâce dans les mouvements de cette petite dame. Fait qui le surprit d'ailleurs : si sa peau livide et morcelée avait été en mesure de rougir, cela serait sans doute arrivé. Et cela agaça Maru, ruminant ces pensées étranges, qui avait toujours considéré cela comme une considérable perte de temps. Irrité, il apostropha Kagura :


- C'est encore loin, ton foutu stand de crevettes ?

N'attendant pas de réponse, il poursuivit :

- C'est que j'apprécierai de pouvoir aller m'entraîner un peu avant qu'on me confie une mission avec toi, et le gardiennage d'enfant a vite tendance à gonfler le bretteur que je suis !

Être désagréable. Voilà bien un art qu'il avait passé la majeure partie de sa vie à cultiver. Être désagréable, pour que les gens ne s'attachent pas à vous (et réciproquement), pour qu'ils ne vous fassent pas de mal - parce que seuls les êtres auxquels on tient peuvent nous décevoir et nous blesser. Logique imparable. Elle avait guidée l'existence misanthrope de Maru. Et cette petite devrait bien s'en accommoder. A quarante-deux ans, on ne le changerait plus. Du moins il l'espérait. Les gens ne comprenaient, de toute façon, rien à rien. Ils menaient leur vie selon le modèle dérivé de l'enseignement des générations antérieures sans réfléchir à l'absurdité d'un tel héritage, à l'absurdité de la vie même. Les choses dans le monde shinobi - qu'on le veuille ou pas - n'avaient aucun sens. Tout ce qu'il y avait à faire c'était mener sa vie honorablement et sans concessions morales, au service du village qui nous avait engendré. La seule mère de tous les ninjas ici, c'était la mère patrie, Kiri Gakure. Mais bien peu le comprenaient; moins encore l'acceptaient.

Tirant Maru de ses réflexions, ils arrivèrent dans l'une des échoppes du village. L'endroit était simple, propre, plutôt dépouillé. Les lambris de la salle étaient abîmés, mais on pouvait voir que le chef devait les nettoyer régulièrement. L'endroit était propre, c'est vrai. Le chef, justement, était un quinquagénaire à l'aspect souriant et débonnaire. Sa moustache était taillée avec soin, et son tablier couvert de sauce. L'odeur de friture fit soudainement remonter dans sa gorge tout l'alcool que le détenteur de Shibuki avait ingéré la nuit précédente. Heureusement il eut le réflexe de serrer les muscles de sa gorge pour le contenir et s'éviter une scène alors qu'il venait tout juste de rencontrer son homologue épéiste. Pour s'éloigner un peu de cette odeur insupportable d'huile chargée et en cuisson permanente, il indiqua d'un signe de tête la terrasse à Kagura. Assis, il haussa la voix pour que le tenancier l'entende:

- Une bouteille de saké pour moi, et un plat de vos beignets gras pour la demoiselle !

Maru n'avait pas un physique particulièrement impressionnant (sèchement musclé mais un peu petit). Mais dès qu'ils voyaient Shibuki, dès qu'ils reconnaissaient le bretteur et que sa réputation leur revenait en tête, les gens préféraient en général s'abstenir de tout commentaire, de toute réplique. Guettant si la jeune fille allait justement s'abstenir ou prendre le parti du chef au risque de titiller la colère de Maru.

Mais il y avait plus urgent. Après des présentations sommaires - et même si cela débectait déjà Maru - ce dernier devrait interroger un peu sa coéquipière sur ses aptitudes martiales (qui seraient vérifiées de toute façon lors d'un futur entraînement commun) et sur ses opinions politiques. Très patriote, le dernier Geimei était en effet toujours intéressé quant à la vie politique concernant Kiri. *Mais vu la tête d'oeuf que ça a l'air d'être, parler politique n'est pas gagné...*, pensa-t-il.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
兜割 忍刀七Kabutowari no Shinobigatana
avatar

Hane Kagura

兜割 忍刀七
Kabutowari no Shinobigatana

Messages : 16
Date d'inscription : 29/01/2012

Feuille de personnage
Grade: Jounin
Expérience:
40/80  (40/80)

MessageSujet: Re: Old & Youth...Allied   Mer 23 Mai - 3:46
    Insouciance et innocence dansait dans les yeux étincelants de la donzelle, incapable de saisir les subtilités de la politique sous-jacente à une relation humaine. Non, étrangère à ce concept de bienséance, elle ignorait avec bonhomie l’opinion publique et les possibles répercussions sur sa personne. Toute sa vie durant elle avait fait fît de l’évidence, évitant de voir ce que sa mère ressentait à son égard. Elle s’était emmurée d’illusions féeriques, écartant la réalité du fracas de sa propre pensée. Les regards glissaient sur elle, sans aucune incidence, caressant sa peau nacrée de leur caresse poisseuse. Elle était eau, et le monde était huile. Jamais ils ne se rencontraient, jamais ils ne se mélangeaient…même sous les turbulences violentes de la Destinée.

    Et en cette douce matinée, rien ne contrastait plus que ces deux figures fonçant à vive allure en direction de la zone portuaire. Emblème de désinvolture, Kagura volait littéralement entre les pagodes aux côtés de son acolyte, plus grave, plus dur, véritable Shinobi détonnant aux côtés de cette enfant. À quelques reprises durant le trajet, elle s’était retourné vers son partenaire. Le yeux plissés, un sourire en coin aux lèvres, elle n’était que grâce et innocence, offrant au monde Shinobi un aspect trop souvent nonobstant. Loin de la ninja calculatrice et analyste, elle n’avait pas conscience, incapable même de l’imaginer, qu’au même moment son coéquipier l’évaluait. Non, elle ne lui offrait qu’un sourire bienveillant, accueillant à bras ouvert la coopération et l’aide d’un allié. Déjà, au travers de ses sourires plein de candeur, elle s’imaginait les prémices d’une amitié et les aléas d’une relation fraternelle.

    « Foutu stand de crevettes ? Ohhh !!!! Il faut pas parler du kioske de Yaya-Baya ! Elle apprécierait pas du tout…et vous voulez pas être sur sa liste noire, sinon elle refuse de vous servir des beignets ! Et comment on pourrait survivre à l’idée de ne plus manger ses beignets. »

    La discussion enflammant les yeux de la jeune Hane, pour la première fois elle avait lancé un regard plus sévère à son interlocuteur…toujours un éclat rieur traînant pourtant dans le recoin de ce dernier. Visiblement, les beignets aux crevettes étaient un groupe alimentaire à part entière dans la nutrition de l’épéiste, comme le témoignait les grands gestes que la vieille propriétaire adressait de sa boutique à Kagura…qui augmenta radicalement l’allure.

    « Oui !!! On est arrivé ! »

    Plus enfantine que jamais, elle effectua un tour sur elle-même, les volants de son kimono virevoltant au vent de concert avec son sourire qui s’épanouissait à la perceptive de se délecter. Véritable prodige, elle n’avait même pas remarqué le commentaire sur son âge et les piques sur le gardiennage. Loin de l’ignorer, elle l’avait au contraire trouver plutôt drôle, incapable de s’emporter pour une telle broutille. Élevée dans les allées du jugement, où un commentaire critique l’attendait à tout moment pour la poignarder, elle avait bien vite appris à les occulter de son esprit. Depuis longtemps elle avait appris à ignorer l’avis des uns et des autres, préférant porter son attention sur sa propre perception des choses.

    « Hmmm !!! Quel parfum ! »

    Doux soupir de contentement, Kagura humait avec délectation les effluves qui lui parvenaient aux narines. L’odeur de la mer se mélangeait aux épices pour venir tourbillonner dans une douce fumée qui venait éveiller les narines de la jeune fille, qui sans commentaire se laissa diriger par l’épéiste, trop béate pour ne serait que protester ou émettre le moindre commentaire. Impatiente, c’est avec un couinement d’excitation qu’elle réagit lorsqu’après la commande de son consort le plat de crevettes et le Saké arrivèrent avec un empressement qui dénotait la fréquence de visite de la jeune Épéiste.

    « Vous les avez bien trempé une fois de plus dans l’huile pour moi comme habituellement ? Oui ! Merci !!! »

    Et aussitôt, après un ennième sourire, elle engouffra un beignet complet dans sa bouche…comportement insolite pour cette jeune fille au corps de gamine. Qui aurait cru qu’un si petit corps pouvait se révéler être un glouton d’une telle trempe ? Pire encore, le premier beignet tout juste englouti, Kagura s’en saisit d’un deuxième qu’elle goba encore une fois tout rond, à la susprise des quelques clients présents sur la terrasse.

    « Où voulez-vous aller vous entraîner ensuite Geimei-sama ? Je ne sais pas si vous aviez un style d’entraînement précis en tête ? Je dois cependant vous prévenir que je ne suis pas la partenaire idéale pour les missions de subtilité ! »

    D’un seul mouvement, tous les clients de la terrasse s’orientèrent vers l’Épéiste, un sourire en coin sous l’évidence qu’elle avait énoncée avec candeur. Croyait-elle vraiment que quelqu’un ne l’aurait pas remarqué ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
飛沫 忍刀七Shibuki no Shinobigatana
avatar

Geimei Maru

飛沫 忍刀七
Shibuki no Shinobigatana

Messages : 28
Date d'inscription : 28/10/2011

Feuille de personnage
Grade: Elite
Expérience:
0/90  (0/90)

MessageSujet: Re: Old & Youth...Allied   Ven 25 Mai - 13:56
« Où voulez-vous aller vous entraîner ensuite Geimei-sama ? Je ne sais pas si vous aviez un style d’entraînement précis en tête ? Je dois cependant vous prévenir que je ne suis pas la partenaire idéale pour les missions de subtilité ! »

Irrité que la kunoïchi se fasse remarquer directement dans un lieu public, Maru jeta un regard noir et très froid à l'adresse des clients tournés vers le binôme de bretteurs, puis vers Kagura elle-même. Il commençait à regretter d'avoir accepté la requête de ses supérieurs sans discuter, sans même demander qui serait cette fameuse coéquipière. C'était trop tard maintenant... Il devrait sûrement se la coltiner jusqu'à ce qu'il meurt...ou étrangle de rage la jeune fille. S'il avait su, il aurait envoyé balader tous ces vieillards bien-pensants. Maru était trop conciliant avec l'autorité, voilà ce qu'il y avait ! Tandis qu'il pouvait pulvériser par simple pulsion et pour un motif ridicule n'importe quel Kiri-nin de bas étage sans une once d'hésitation, il n'avait encore jamais répondu négativement aux dirigeants du village. Et maintenant, le seigneur Mizukage était un gamin qui n'avait que deux tiers de son âge ! Et un Hozuki, qui plus est ! Maru n'avait jamais apprécié cette famille qui possédait simplement par lien de sang le droit de diriger la section des meilleurs shinobis de Kiri Gakure, et le pouvoir d'invoquer leur propre arme légendaire sans en demander la permission. Maru avait en fait adapté l'ancienne idéologie de Kiri quant aux pouvoirs claniques : il n'avait pas leur place au pays de la Brume Sanglante, car ils tuaient tout mérite et créaient des clivages entre les familles mineures sans Kekkai Genkai, et les familles majeures, les clans - "majeures" seulement en ce qu'elles possèdent un don héréditaire. Maru lui-même n'avait rien hérité d'autre de sa famille qu'une condition d'infirme. De son avis, les clans Kaguya et Hozuki qui - contrairement aux clan Yuki et Terumi (qu'il parvenait quasiment à tolérer) - faisaient de leurs rejetons de véritables monstres plus que des shinobis humains, n'avaient pas plus leur place à Kiri aujourd'hui que dans le passé. En tant que doyen des bretteurs, le détenteur de Shibuki comptait bien servir l'intérêt du pays et non d'un seul homme, dont il envisageait de surveiller scrupuleusement les tendances absolutistes et pro-claniques.

Essayant de chasser un peu ces idées sombres, Maru déboucha la bouteille de saké qui avait été déposée sur la table et se servit un verre. Il fallait tout de même qu'il réponde à la question de Kagura, ou bien elle s'étoufferait avec l'un de ses beignets à force de se goinfrer comme ça !


C'est étonnant..., caustique. Bref, nous devrions sortir un peu du village, moi aussi je ne fais pas spécialement dans la finesse habituellement. De toute façon, Kiri n'a jamais entendu se servir de nous pour des missions furtives ! Nous sommes une force de frappe massive, souviens-t'en.

Deuxième, troisième verre. Dieu que le saké était bon à l'ombre d'une terrasse ! Peu objectif quant à son alcoolisme notable, Maru se considérait simplement, de ce point de vue là, comme un bon vivant. Et il n'aurait de toute façon pas compris qu'on vienne lui reprocher ses abus. Et puis... il faudrait sûrement boire beaucoup pour supporter la jeune mangeuse de crevettes.

* Il nous faudrait un endroit adéquat pour nous entraîner, un peu en marge du village, histoire que nous puissions faire un peu de bruit avec Shibuki et Kabutowari* pensait-t-il pour lui-même.

Ce faisant, il composa les signes nécessaires et, sans expliquer ce qu'il avait en tête à Kagura, posa sa main droite sur la table un peu grasse pour parachever son sort :


- Kuchyiose no Jutsu : Nomi !

Dans un nuage blanc minuscule apparut une salamandre noire qui l'était tout autant. Les paupières tremblantes et entre-ouvertes comme si on l'avait tiré brusquement d'un profond sommeil, elle tourna vers Maru sa petite tête, avec un air inquisiteur et surpris.

- Nomi, j'ai besoin que tu trouves non loin du village un espace dégagé et assez vaste pour s'y entraîner de façon conséquente. Une fois cela fait, tu m'attendras sur place. Va !

Sans discuter (si Nomi disposait d'une réelle intelligence, cela n'allait pas jusqu'au langage articulé des humains), l'amphibien descendit de la table de l'échoppe et disparut rapidement dans les fourrés alentours. Se tournant vers Kagura, une question importante revint à l'esprit de Maru :

- Dis-moi, tu es liée à un pacte d'invocation ? J'imagine que oui si on nous a placé dans le même binôme : c'est relativement peu courant chez les bretteurs. A quelle famille d'animaux es-tu liée ? On m'a bien remis un rouleau avec des informations sur toi, mais...je crois l'avoir oublié au bordel hier soir.. Pas de commentaire ! Réponds juste à ma question.

Attendant la réponse, Maru se servit un autre verre. Il fallait finir rapidement les beignets et le saké pour pouvoir passer aux choses sérieuses. Le détenteur de Shibuki voulait savoir ce que valait réellement la petite Kagura; il aurait alors tout le loisir d'aller s'en plaindre auprès de ses supérieurs pour qu'elle soit placée avec un autre kenjutsuka d'élite...




Dernière édition par Geimei Maru le Sam 2 Juin - 12:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
兜割 忍刀七Kabutowari no Shinobigatana
avatar

Hane Kagura

兜割 忍刀七
Kabutowari no Shinobigatana

Messages : 16
Date d'inscription : 29/01/2012

Feuille de personnage
Grade: Jounin
Expérience:
40/80  (40/80)

MessageSujet: Re: Old & Youth...Allied   Jeu 31 Mai - 2:01
    Elle ne voit pas. Elle se refuse à la réalité, lui imposant les teintes de son propre monde…un monde encore indemne du ton carmin qui salit, à jamais, la blancheur immaculée. Enfant aveugle qui joue à la marelle dans la cour des grands, elle finira pourtant un jour par s’écorcher. Sa peau d’albâtre se fissurera, et les teintes de son sang empliront son monde et l’étoufferont…la noieront. La jeune Kagura finirait pas frapper un mûr, mais elle, détentrice de l’Épée Fracasseuse, s’en absoudrait ! Déjà, elle avait ignoré les vices de sa mère, les écartant du revers de sa détermination…et il en serait de même encore une fois. Ce qu’elle était. Ce qu’elle serait…elle l’imposerait à ce mentor, brisant les préjugés qu’il entretenait envers sa personne, envers ce monde. Kagura, elle n’avait que faire de ces regards qui la jugeaient, jamais elle ne s’en préoccupait, préférant les reléguer à cette partie de sa conscience qui occultait les futilités rencontrées.

    « Je m’en souviendrai Geimei-Senseï ! Pas de finesse, de la frappe massive…c’est enregistré ! »

    Et hop, un nouveau beignet entier forçait son chemin entre ces fines lèvres à la couleur des pétales de rose, alors qu’elle hochait la tête dans un acquiescement trop plein d’assurance…n’avait-elle rien écouté d’autre que les derniers mots prodigués par son homologue ? La pointe de sarcasme dans les premiers mots n’avaient même pas été relevé et déjà quelques clients se questionnaient sur la santé mentale de leur nouvelle épéiste élue.

    « Je pense que nous avons tout de même notre place dans les missions plus subtiles pourtant…du moins moi, je n’ai pas la prétention de connaître le rôle du bretteur de Shibuki. Cependant…Kabutowari est massive, imposante, presque importune lorsque la délicatesse est de mise. Et pourtant…elle est nécessaire. C’est grâce à elle, et à moi, que les autres Épéistes pourront franchir les obstacles qui les barrent. C’est moi, l’Épéiste de Kabutowari, qui forcerai la brèche dans les rangs ennemis pour laisser les Épéistes pouvoir opérer dans leur propre champs d’expertise. »

    Et d’un petit sourire, elle pencha sa tête sur le côté dans une mimique plus féminine, presque trop pour le personnage qui se dessinait aux yeux de son interlocuteur. De ces quelques mots, elle avait laissé le souffle de ses idéaux courir et s’étaler à la vue de ses pairs. Kagura ne prendrait jamais la première place, elle serait en première ligne pour permettre à ses alliés de foncer, mais elle s’écarterait ensuite, connaissant mieux que quiconque son rôle, celui de soutien. Voilà ce à quoi elle s’associait, comment elle combattrait et comment les Épéistes vaincraient leurs adversaires ! Dans l’humilité de cette jeune Kunoichi, les Épéistes pourraient s’épanouir…

    « Mais et vous ? Quel rôle voyez-vous en Shibuki ? »

    Détachant son regard d’ambre des beignets qu’elle n’avait cessés de manger, un instant le silence pesant du moment primordial s’installa. Les yeux de la jeune fille s’était durcit, son sourire un vague souvenir qui s’était effacé sous les vagues de la maturité et du respect. Il n’y avait plus lieu de rire ou même de sourire, le caractère sacré de cette question s’imposant avec fermeté, poids qui s’abattait sur la tête des deux Épéistes. Innocente petite question qu’elle laissait s’échapper dans un soupir à la limite de l’audible, la gêne la drapait de sa caresse. En ce bref instant, elle se savait impertinente de demander quelque chose d’aussi saugrenu, mais d’aussi personnel, à son acolyte. Et pourtant, elle devait savoir…elle ne pouvait pas restreindre d’avantage son besoin de comprendre et de saisir les nuances. Non, elle devait savoir à qui elle se donnerait corps et âme en combat. Peu importe la réponse de l’Épéiste de l’Épée Éclaboussure ! Elle l’accepterait…mais elle devait savoir avant tout.

    « Kuchyiose no Jutsu ! Tsuru ! »

    Sans la moindre hésitation, elle s’était exécutée. Les yeux toujours fixés sur Geimei, elle attendait sagement la réponse, lui offrant les réponses que lui cherchait. Les doigts graciles s’alliaient dans une danse éphémère, la vitesse et la précision témoignant des mois acharnés qu’elle s’était imposée pour réussir à faire ces quelques signes en tout instant, sans jamais faillir. Les entrelacs de doigts se délièrent finalement pour qu’elle porte son doigt à sa bouge pour que le sang gicle et que la fumée s’impose aux côtés de la noire salamandre, révélant pas la suite un corps d’un blanc immaculé bordé de quelques plumes noires, le tout sur des pattes trop hautes perchée, bien trop hautes pour qu’il subsiste la moindre grâce dans ce corps trop fin, trop sec et encadré par un chapeau difforme. Une patte posée sur la rambarde juste à côté de leur table, il pointait son long bec au dessus de leurs têtes avec un sérieux sans équivoque.

    « L’Hermite Tsuru des Pics Tenson, royaume des vénérables Paons nous transportera jusqu’au lieu que la salamandre Nomi nous trouvera. Là-bas, vous saurez de quoi je suis capable…en attendant, j’entends bien connaître à qui j’ai à faire. »

    Un sourire, un ennième, mais emplit non plus de naïveté, mais de courage et de cette détermination à toute épreuve qui lui avait permis non pas seulement de survivre, mais également d’atteindre le statut réputé d’Épéiste tout juste à ses 17 ans…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
飛沫 忍刀七Shibuki no Shinobigatana
avatar

Geimei Maru

飛沫 忍刀七
Shibuki no Shinobigatana

Messages : 28
Date d'inscription : 28/10/2011

Feuille de personnage
Grade: Elite
Expérience:
0/90  (0/90)

MessageSujet: Re: Old & Youth...Allied   Sam 2 Juin - 13:45
Maru n'avait écouté que très sporadiquement la longue sentence de sa coéquipière à propos de Kabutowari. La candeur naïve et un peu idiote de la jeune fille lui avait soudain rappelé l'expression du visage de sa grande soeur bien-aimée, Reya, qu'il avait désintégrée accidentellement avec Shibuki durant leur enfance. Et plusieurs autres Kiri-nins avaient suivi pendant l’ascension de la carrière martiale du bretteur. Sorte d'héritage familial que lui auraient laissé ses dégénérés de parents, Maru en venait toujours à s'en prendre aux êtres proches de lui, qu'ils soient proches d'un point de vue spatial ou sentimental...Ainsi, Kagura se voyait comme un soutien, un pilier de soubassement pour la forteresse imprenable que formaient les sept épéistes de Kirigakure. Symboliquement sapeur de nature, Maru aurait sûrement tôt fait de faire s'effondrer cette fondation encore trop souple sous le poids de son incommensurable et explosive instabilité face à ses émotions. Si elle n'était pas beaucoup plus vigilante que ses expressions enfantines le laissaient penser, la jeune kenjutsuka resterait à tout jamais un compagnon d'arme parmi d'autre - vite arrivé, vite mystérieusement disparu.

Son soliloque terminé, Kagura renouvela son sourire. L'esprit un peu malade et perdu de Maru y vit encore une expression semblable à celle de Reya, si bien qu'il mit du temps à répondre à la question qu'ajoutait déjà la jeune fille à propos de Shibuki. Mais c'était son domaine, sa spécialité, sa vie : un sujet qu'il parcourait avec aisance.


- Tu l'as vu toi-même tout à l'heure, Shibuki n'est pas une épée conventionnelle - elle ne ressemble même pas, vraiment, à une épée ! Encore moins que Kabutowari, qui n'a d'une épée que le nom. Ainsi, mon arme, le sabre "Giclée" consiste dans un rouleau de parchemins explosifs fixé sur un manche. En contradiction totale avec le kenjutsu c'est une arme moins précise qu'un katana, mais son potentiel destructeur est peut-être le plus important parmi les sept épées légendaires du village. Je te l'ai dit, je ne fais pas dans la finesse.

Il avait parlé vite, enchaîné les mots, et sa bouche sèche l'empêchait de poursuivre. Laissant Kagura dans l'expectative, il but calmement un autre verre de saké puis reprit plus posément :

- Comprends bien cela, "petite lame"(avait-il trouvé un surnom pour sa coéquipière ?), car je ne le répèterai plus jamais. Shibuki me donne depuis que je la possède une chance d'écrire mon nom dans le parchemin de l'Histoire, en combattant pour la gloire du village caché de la Brume. Et Kabutowari te donne cette même chance !

Vint à l'esprit de Maru qu'il était rarement aussi loquace, ce qui l'irrita un peu, mais il avait encore quelques mots à ajouter pour conclure son explication.

- En toute franchise, tu me tapes déjà sur le système, et mon caractère fait que je n'accorde qu'exceptionnellement ma confiance. Cependant, cette confiance a toujours été donnée à nos maîtres; je considère donc que, s'ils t'ont sélectionnée pour que nous formions un binôme, c'est que tu dois en valoir - au moins un peu - la peine. Quand, dans le tumulte des champs de bataille, tu suivras, armée par la légende, mon sillage explosif dans la masse de nos ennemis, tous ces mots que je te livre aujourd'hui prendront tout leur sens !

La suite satisfit plus encore que prévu le bretteur. Kagura invoqua sous ses yeux une large créature qui rappelait traits pour traits une grue...coiffée d'un chapeau. Un Kuchiyose lié à une espèce d'oiseau ? C'était parfaitement raccord avec son propre Pacte : les créatures de Maru attaquaient en sortant de terre, tandis que celles de la kunoïchi arriveraient manifestement du ciel.

- L’Hermite Tsuru des Pics Tenson, royaume des vénérables Paons nous transportera jusqu’au lieu que la salamandre Nomi nous trouvera. Là-bas, vous saurez de quoi je suis capable…en attendant, j’entends bien connaître à qui j’ai à faire.

Des paons, hein ? Des oiseaux incapable de vraiment voler, c'était bien dommage ! Mais ce Tsuru ne ressemblait pas à un paon; * Je ne suis certes pas ornithologue, mais ce machin-là, ça ressemble à une grue* Après avoir scruté d'un oeil inquisiteur "ce machin-là", Maru s'apprêtait à répondre à sa jeune homologue quand il s'aperçut qu'elle avait changé de ton, et d'expression. Elle était enfin sérieuse, un moins gamine, beaucoup moins candide. Plus guerrière en somme. Cette Kagura n'était peut-être pas un cas désespéré, après tout...
Avec sa franchise habituelle, le maître des salamandres rétorqua :


- Je n'ai pas vraiment l'habitude de cacher quoi que ce soit, du moment qu'on me le demande. Poses-moi les questions que tu veux. Mais si elles me dérangent, je sortirai encore Shibuki ! Et ton échoppe préférée ne s'en relèvera pas !

Usant d'un ton qui ne permettait pas de savoir s'il était sérieux ou s'il plaisantait (ce qui aurait été exceptionnel !), il s'en remis à l'inquisition de la kunoïchi, doutant tout de même que ce soit une bonne idée et se sentant de plus en plus agacé par cette situation indiscutablement sociale, et donc "dangereuse".


Dernière édition par Geimei Maru le Jeu 28 Juin - 9:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
兜割 忍刀七Kabutowari no Shinobigatana
avatar

Hane Kagura

兜割 忍刀七
Kabutowari no Shinobigatana

Messages : 16
Date d'inscription : 29/01/2012

Feuille de personnage
Grade: Jounin
Expérience:
40/80  (40/80)

MessageSujet: Re: Old & Youth...Allied   Mar 26 Juin - 23:26
    La curiosité de la jeune Épéiste piquée au vif par la tournure de la discussion les lèvres de Kagura formèrent la signe « O » alors qu’une infime exclamation en sortait. Intriguée par la caractère enfin dévoilé de l’Épée Explosive, Kagura porta son regard sur Shibuki afin d’y voir les traits soutenus par son détenteur. Et c’est la dans les flammes qu’elle découvrit la véritable nature de Shibuki…si éloignée de celle de Kabutowari, à laquelle elle était associée habituellement au vu de leur forme unique. Non…Kabutowari était l’image d’une mère replète, d’extérieure sans la moindre grâce mais qui n’était en réalité que rigidité devant l’adversité et finesse dans les travaux demandant acharnement et persévérance. Shibuki…elle n’était que femme d’un soir, éblouissante et majestueuse drapée des couleurs torrides du feu qui consume.

    « Je m’en souviendrai Geimei-Senseï ! Pas de finesse, de la frappe massive…c’est enregistré ! »

    Accompagnant son acclamation par un geste comique, elle porta sa main tendue à sa tempe dans un salut militaire. Puis, avec indulgence elle écouta les paroles de son aîné, Kagura ne lui adressait plus qu’un sourire compatissant à la manière d’un élève qui ne détient peut-être pas la sagesse, mais sait la reconnaître. Gamine qu’elle était, elle n’était qu’une éponge ayant soif de connaissance, mais sa personnalité faisait barrage aux quelques connaissances qui ne s’appliquaient pas à sa réalité…ces connaissances qui prévoyaient qu’elle échouerait à demeurer celle qu’elle était, elle l’Épéiste de l’Épée Fracasseuse. Réflexe imperceptible, son attention dévia sans le moindre indice et fracassa d’une logique implacable les propos de son nouvel acolyte, n’agrémentant les dires de son Senseï que de quelques hochements de tête.

    Et ce n’est qu’à la fin du monologue de son interlocuteur que son regard dévia en direction de Kabutowari, qu’elle fixa du coin de l’œil un court instant et que son visage se décontractait pour atteindre la plénitude issue de ce lien fusionnel. Compagnons de vie, sans aucun besoin parole, ils avaient accordés leur avis au diapason devant la déclaration de leur interlocuteur…la question qui s'imposait à chacun n'était plus qu'une.

    « Ne vous détrompez pas Geimei-sama…mais si je suis fière d’être Épéiste et dévouée à Kiri dans toute sa grandeur, pour moi Kabutowari est bien plus encore qu’un moyen d’entrer dans la légende. Elle me comprend…elle est mon âme sœur. N’est-ce donc pas la même chose pour vous ? Shibuki n’est-elle pas le reflet de votre âme ? Les bretteurs de Kiri sont reconnus pour leur symbiose avec leur arme, non pas un style qui s’adapte à leur arme mais qui en découle, qui les fait devenir leur arme. »

    Sous la pesanteur de ces mots, les yeux clairs de la jeune fille rencontrèrent ceux âgés et aigris de l’homme aux bandages. Une lueur brillant toujours dans le fond de son œil, elle était bel et bien la représentation humaine de l’épée qui la seyait. Une vérité trop franche, trop brute, dépourvue de la moindre finesse de mise dans les règles de la bienséance.

    « Si tel est le cas…vous associez vous vous-même à la simple et unique destruction ? Et ceci seulement dans le but ultime de vous faire reconnaître, d’entrer dans les légendes en consumant les pages qui ne sont pas encore écrites ? »

    Les paroles de la jeune fille toujours posées, elles demeuraient tout de même emplies de la passion qui l’avait toujours caractérisée. D’un geste gracieux, mais trop sec, elle pointa l’Hermite Tsuru en lui adressant un clin d’œil…comme tous les autres avant lui, Kagura avait remarqué le doute qui s’était insinué dans les yeux de son aîné à l’appellation paon de l’Hermite Tsuru.

    « Tout est une question de volonté et de vision. On défini ce que l’on est, on façonne le monde à notre envi. Regardez l’Hermite Tsuru ! Il était paon de naissance, membre de la caste royale des oiseaux…mais cette nature lui était étrangère et il s’est donc coupé la queue et son corps lui-même s’est orienté vers cette forme que les autres paons trouvent disgracieuses…mais qui pour lui n’est que vérité et par conséquent beauté. »

    Et lui ? Définirait-il son monde selon l’aspect d’une bouteille de Saké ? Le résumerait-il à un carnage de flamme et de sang…à une simple légende.

    « Nous sommes si différents Geimei-Sama...je crois que notre collaboration ne pourra être que plus enrichissante, mais surtout encore plus amusante. »

    Et c'est d'un rire cristallin qu'elle laissa s'éteindre ses questionnements, sans même penser que ses paroles...auraient peut-être des conséquences.






    [HJ : Mille excuses pour le temps de réponse ! J'étais vraiment dans une période très achalandée de ma vie, tant au niveau personnel que professionnel...mais j'essaie de reprendre goût au rp petit à petit^^]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Old & Youth...Allied   
Revenir en haut Aller en bas
 

Old & Youth...Allied

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» the duty of youth is to challenge corruption #KM
» my youth, my youth is yours, a truth so loud you can't ignore | Calypso H. Allister
» Walking Down of Youth - Clydesdale - Hongre
» ROSLINN & ETAINE ¤ Youth offers the promise of happiness, but life offers the realities of grief.
» Ray ◊ The wasted years, the wasted youth. The pretty lies, the ugly truth.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Saigen :: A s c e n s i o n :: 水の国 Mizu no Kuni :: Kiri Gakure no Sato :: Pagode des Anciens-